V2 HONDA
Vous possedez un V2 Honda ou vous en revez ? Venez donc nous rejoindre ! Inscription libre !

VT500 - NTV - Deauville - Varadéro - Transalp - DN01 - AfricaTwin - Fury - CX - VTR - Shadow - PacificCoast - XLV



AccueilAccueil  NavigateurNavigateur  PortailPortail  FAQFAQ  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez | 
 

 [A RANGER] cinéma : à voir ou éviter en ce moment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
monomental

cinéphile averti


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: "Carnivores" m'a laissé sur ma faim   Sam 31 Mar 2018 - 23:33

En fait je suis végétarien. Pas étonnant que j'aie moyennement apprécié la prestation de L.Bekhti, pourtant bien investie dans son rôle sulfureux !
Dans ce "Carnivores" des frères Régnier, elle incarne une actrice, en galère depuis toujours, qui vient au secours de sa soeur, actrice aussi mais star quant à elle, en danger de burn-out sur le tournage d'un film avec un réal exigeant. Et de fil en aiguille, forcément ça finit par piquer un (tout petit) peu. Oui mais...
Soigné, bien léché et soutenu sur le plan de la direction d'acteurs, ce petit thriller psychologique qui lorgne laborieusement du côté de la psychiatrie façon Freud ou Lacan ne casse pas trois pattes à un canard, tous les ressorts de l'intrigue étant pour le moins prévisibles. Toutefois, on pourra se prendre au jeu des soeurs Bekhti-Hanrot, bien secondées par le mari tourmenté. Surtout un Dimanche soir à la téloche...
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 378
Age : 64
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Becker donne un coup de collier (rouge)   Dim 8 Avr 2018 - 0:22

Dans son livre "Le collier rouge", Jean-Christophe Rufin invente l'histoire d'un poilu de la "der des der" (Nicolas Duvauchelle dans le film éponyme), revenu au pays blessé mai décoré de la légion d'honneur siouplait, qui "sabote" un défilé du 14 Juillet en 1919 en accrochant sa médaille au cou de son chien, lequel l'avait accompagné au front. Cet affront à la mère patrie après le front (ô l'amère partie ! Je suis vert ! ) lui vaut d'être emprisonné et de risquer le bagne, voire plus. Pour rendre son verdict en toute connaissance de cause, un gradé de la cour martiale (François Cluzet dans le film) se déplace dans la petite ville où le renégat attend son jugement. Il veut connaître l'homme, ce qui a motivé son geste, ce qu'il a vécu pour en arriver là.
Jean Becker signe une adaptation selon moi réussie de l'excellent petit opus de Ruffin que j'avais lu avidement, d'une traite, à l'époque de sa sortie. L'esprit et la trame du livre sont respectés consciencieusement. La beauté de la campagne choisie pour camper le décor, le réalisme des scènes de combat que le scénariste a choisi d'évoquer dans des flash-backs pour tenter de donner du "peps" au récit, la sobre justesse du jeu des quatre principaux protagonistes, tout cela nous immerge de façon crédible dans la France rurale du début du 20° siècle, saignée par la folie expansionniste des grands argentiers, industriels et autres décideurs politiques, ces "assis" monstrueux dénoncés un demi siècle plus tôt par Rimbaud... Sans esbroufe et sans le brio inspiré du récent "Au revoir là haut", c'est de la belle ouvrage quand même.
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 378
Age : 64
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: régime sans selle   Mer 25 Avr 2018 - 13:38

On a dit grand bien de "The rider", film de Chloé Zhao contant l'histoire vraie de Brady, jeune dresseur de chevaux surdoué devant renoncer à sa vie de cavalier et aux compétitions de rodéo, où il commençait à se faire une réputation, à cause d'un accident ayant failli lui coûter la vie. On a eu raison.
Anti-western pétri d'humanité, film d'une femme portant sur un univers de machos un regard tout en intériorité, "The rider" me donne envie de voir "Les chansons que mes frères m'ont apprises", l'autre long métrage de Chloé Zhao.
Son panoramique intimiste sur le monde du rodéo est d'autant plus poignant que Brady, son héros magnifique, joue pour nous sa propre histoire, le chemin de son adieu au rodéo après l'accident. Le jeune homme nous donne à voir son tourment sans jamais perdre sa dignité, car jamais le film ne s'étale dans le voyeurisme. Sur le dénuement du monde, où manque tant d'éléments pour créer une animation esthétique ou accrocher le regard, plane heureusement la lumière, magnifiée par Chloe Zhao ! Sous les ciels grandioses invitant au rêve, pas un arbre, pas un canyon, rien qu'une mer d'herbe tour à tour verte et roussie, à peine soulevée par quelques timides mouvements de terrain, à peine de loin en loin percée par la roche où se poser guitare en main, le soir au coin d'un feu, écouter chanter la gloire de héros déchus et leur faire même l'honneur d'une sobre prière... Très beau est le regard porté sur le lien qui unit Brady à sa soeur innocente, au vieux pote qu'il va voir à l'hosto, victime comme lui de la violence de leur passion, mais qui n'a pas eu sa chance....Moi-même, vieux cavalier pratiquant ayant pris il y a peu la décision de laisser les chevaux à cause de mon corps malmené, je n'ai bien sûr eu aucun mal à entrer dans la peau de Brady mais j'en aurai plus à porter sur ce beau film un regard objectif, à le critiquer tant soit peu. Un centaure blessé qui passe au régime sans selle (!) et souffre de devoir renoncer au sel de sa vie, c'est poignant. Un cheval blessé à cause de la folie barbelée des hommes au point qu'il faille en finir avec lui, ça l'est encore plus. Mais un homme qui regagne la confiance d'un cheval que d'autres ont commencé à briser, un homme qui cherche à rester debout et murmure dignement son humilité à l'oreille de chevaux, bon Dieu c'est beau à pleurer ! C'est d'ailleurs ce que j'ai fait deux ou trois fois, tout seul devant l'écran. Je m'y attendais, bien sûr, en entrant dans la salle et ne sais pas si ça m'a aidé dans mes renoncements mais merci quand même à Brady et Chloé...

Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 378
Age : 64
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: "Foxtrot" ou la quadrature du cercle   Ven 27 Avr 2018 - 23:33

En Israel, les jeunes font l'armée pour du vrai, la guerre c'est pas du bidon. Quand Michael et Dafna, dont le fils Yonathan est sous les drapeaux, reçoivent la visite de deux militaires, ils savent que le pire est arrivé. Foxtrot (de Samuel Maoz) commence donc par ce qui semble bien être un drame absolu. Mais quand le hasard semble farceur, Michael a du mal avec l'humour noir. Allez savoir si la farce en est une !... Pour se faire une idée il faut voir, je ne peux pas divulgâcher comme disent les canadiens. En tous cas le film vaut le détour.
Le destin comme un cercle vicieux, l'absurdité de la guerre voire de la vie, le propos nous entre dans le crâne à force de virtuosité, un peu appuyée peut-être. La mise en scène, très minimaliste et esthétique dans la deuxième partie décalée jusqu'à l'humour, contrepoint très réussi de la première où la tension dramatique nous sature en émotion, retourne au final vers le drame et aborde le thème de la culpabilité rongeant l'amour vrai. Bien peu d'espoir à retirer des perspectives sur le conflit israelo-palestinien évoquées dans ce film très noir et très brillant, fascinant, et dérangeant pour le moins. Un moment d'intensité.
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 378
Age : 64
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Parvana pour toute la famille   Mer 4 Juil 2018 - 0:08

Voilà un film d'animation qui vaut le coup, à voir avec ses enfants (ou ceux des autres...) pas trop jeunes pour en discuter avec eux, ou même sans enfant, pour soi-même, comme je viens de le faire avec ma moitié.
Avec Parvana on est loin des standards américains qui conditionnent le succès assuré, chez eux, d'un long métrage d'animation. Pas de surenchère aux effets spécaux 3D, pas de surenchère scénaristique privilégiant une certaine frénésie évènementielle, pas de dialogues brillants façon ping-pong verbal inspiré truffé de trouvailles désopilantes, rien de tout ça. Non pas que l'esthétique soit bâclée, loin s'en faut ! La gestuelle des personnage est fluide et agréable, le coup de "crayon" est synthétique mais fort juste, les décors sont soignés, dans des tons pastels aquarellés, même si la couleur devient plus présente, magnifiant un crayonné encore plus synthétique lors des séquences faisant référence au conte traditionnel. Car pour nous conter la tranche de vie de Parvana, une jeune afghane, qui décide de se déguiser en garçon afin de pouvoir sortir dans les rues de Kaboul en l'absence de son père emprisonné et aider ainsi sa famille à survivre, pour replacer les choses dans un contexte de guerre et de terreur, le scénario se sert habilement d'une sorte de mise en abîme : Parvana raconte à son petit frère une histoire dont les développements sont raccords avec les épreuves qu'elle traverse. C'est brillamment construit, sans temps mort mais sans hâte, la mayonnaise prend bien vite et nous prend aux tripes sans coup férir. On s'attache, on s'indigne, on se demande comment un peuple si fin peut supporter tant de tyrannie, on ouvre les yeux s'il en était besoin sur notre chance indécente. Autant dire que derrière le formel, qui tient solidement la route, il y a du fond, du profond... Chapeau les artistes !

Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 378
Age : 64
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: cinoche viking écolo   Mer 11 Juil 2018 - 0:29

Woman at war nous vient d'Islande et c'est un sacré bol d'air .  Pour le poète, "La femme est l'avenir de l'homme"... Benedict Erlingsson semble de l'avis d'Aragon, il a plus d'un tour dans son sac pour nous convaincre et selon moi, il réussit fort bien son coup  ! Halla, son héroïne, magistralement campée par la taciturne et néanmoins rayonnante Halldora Geirhardsdottir (aussi belle en commando qu'en chef de choeur ou qu'en sa soeur jumelle prof de yoga), a une pêche d'enfer et un coeur gros comme ça. C'est bien utile pour porter des coups qui font mal à l'industrie locale de l'aluminium, coupable selon elle de dégradations catastrophiques sur son magnifique et rude biotope . Ses moyens ? Trois fois rien : un arc et des flèches, du culot à revendre, quelques discrètes sympathies dans son voisinage, une vieille machine à écrire, un solide sens de l'a-propos pour déjouer les pièges des Big Brothers locaux, un pain de Semtex volé dans un entrepôt, et une sacrée condition physique façon green warrior. Son combat, palpitant, nous est balancé au visage l'air de rien, avec une bonne dose d'humour, de poésie et de musique décalée qui balance pas mal. Le twist final, surprise du chef de jumelles beaucoup plus consistantes qu'à Rochefort (pardon Mr Demy, mais vos demoiselles m'ont toujours agacé  Embarassé ), est bien un peu tiré par les cheveux mais bon, il n'est pas vraiment question de réalisme dans cette jolie fable, même si elle se donne des airs high tech avec drones et caméras de surveillance... Il est juste question de survie, et on ferait bien d'en prendre de la graine. Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [A RANGER] cinéma : à voir ou éviter en ce moment   

Revenir en haut Aller en bas
 
[A RANGER] cinéma : à voir ou éviter en ce moment
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V2 HONDA :: ESPACE DETENTE (Lâchez-vous) :: Autres passions ou activités en dehors de la moto-
Sauter vers:  

Firefox : risque d'incompatibilité

Temps lRéférencementCréer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com