V2 HONDA
Vous possedez un V2 Honda ou vous en revez ? Venez donc nous rejoindre ! Inscription libre !

VT500 - NTV - Deauville - Varadéro - Transalp - DN01 - AfricaTwin - Fury - CX - VTR - Shadow - PacificCoast - XLV



AccueilAccueil  NavigateurNavigateur  PortailPortail  FAQFAQ  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez | 
 

 Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
monomental

cinéphile averti


Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Dallas B.C : sex, drugs and rodéo   Mer 12 Aoû 2015 - 16:03

Encore un streaming d'un film sorti en 2013 que j'avais loupé.
Dans les années 80, Woodroof est un cow-boy de rodéo passablement déjanté, junkie, homophobe et sex-addict sans scrupule brûlant sa vie au jour le jour sans état d'âme. Ca commence à marcher moins bien pour lui, jusqu'à un accident qui l'amène à l'hosto où on lui révèle qu'il a le SIDA, et que sa seule planche de salut réside dans l'AZT, traitement que la FDA (Food and Drugs Administration) n'a pas encore officiellement autorisé (mais dont elle suscite l'administration à nombre de malades, au mépris de ses effets secondaires redoutables). Le film "Dallas buyers club" retrace l'histoire vraie du parcours de rédemption d'un homme à qui les médecins donnaient 30 jours à vivre mais qui se battit plus de 4 ans jusqu'à faire bouger les lignes dans la lutte contre ce qu'on appelait à l'époque le cancer gay. Son combat contre la camarde, contre lui aussi puisqu'il se remet foncièrement en question, mais surtout contre les puissants des lobbies pharmaceutiques pilotant la FDA en sous-main, l'amène à entrer très progressivement en empathie avec la communauté homo, qu'il avait en aversion au temps de sa splendeur mais pour qui il fonde une entreprise de soins d'un genre particulier, le "Dallas Buyers club"...
Plus qu'un remarquable numéro d'acteur magistralement investi par le duo de choc que constiuent M.McConaughey (Woodroof) et J.Leto (son...adjoint un peu spécial), le film de J.M.Vallée est un regard sans complaisance sur la tyrannie de l'argent-roi dans la société nord-américaine . En prime on a droit à une plongée dans un univers interlope et à la transformation en profondeur que provoque la proximité de la camarde sur le psychisme d'un... bourrin de rodéo, l'amenant à une forme de rédemption.... Ca fait beaucoup de critères d'excellence, car tous ces aspects sont réussis. Voilà un film accrocheur, édifiant sans manichéisme et civiquement assez responsable. Bravo, donc !
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: La vie rêvée des anges   Jeu 8 Oct 2015 - 18:25

En fouinant dans un bac je suis tombé sur "La vie rêvée des anges", un film que j'avais laissé passer. Sur le DVD, la référence au(x) César(s) qu'il a obtenu(s) m'a décidé à le prendre et j'ai bien fait. Quelle performance d'actrices !
On est dans le registre du "Sans toit ni loi" de Varda ou du "No et moi" de Breitman, références du genre encadrant chronologiquement cet intense moment de cinoche. Dans le contexte de la crise, la galère choisie et nonchalante d'Isabelle rencontre la solitude angoissée et nerveuse de Marie. Deux paumées se font signe timidement, prêtes pour l'entr'aide. Débrouillarde et décontractée, Isa la routarde saisit l'occase d'un petit boulot qu'un gonze lui propose alors qu'elle faisait la manche. Elle rencontre alors Marie, solitaire mais pas SDF, qui accepte de la loger un temps.
L'accent est vite mis sur l'opposition entre deux caractères, dont on pourrait penser, de prime abord, qu'ils vont s'enrichir mutuellement pour la naissance de quelque chose et un mieux de chaque destinée. C'est compter sans la noirceur de Zonca mais malgré celle-ci, ce satané réal fait passer de la fraîcheur dans son triste constat. Rien ne peut entamer l'optimisme foncier d'Isa, tournée vers l'amour malgré tout. (Magnifique et solaire, Elodie Bouchez !) Rien ne peut adoucir l'aigreur de Marie, trop cassée par la vie sans doute (Magnifique écorchée, Natacha Régnier !) . Les bons moments qu'elles passent ensemble, ma foi c'est toujours ça de pris et la mise en scène, le découpage, les cadrages ou les mouvements de caméra nous en font mesurer le prix, habilement. Un peu de douceur dans un monde de brutes, on respire avant l'uppercut qu'on commence vite à craindre. On se prépare au pire...
Car on sent bien monter une déchirure menaçant la lune de miel de leur belle histoire d'amitié, une tension qui pousse et ajoute de la force au film. Quant au final coup de poing, il m'a quand même secoué, sans concession, et son évidence ne m'est apparue qu'à posteriori. Bien vu, Zonca !
Pas très gai, tout ça. Bien plombant mais tellement efficace ! En tous cas, généreux à n'en pas douter et sans voyeurisme excessif.
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: la rage au ventre   Mar 22 Déc 2015 - 20:42

On s'est fait un film de boxe en famille, à la téloche cacaowebisée : "La rage au ventre", d'un certain A.Fuqua

Avec ce nième film d'un genre exploité par les plus grands, Fuqua prenait un risque. Pour moi il a bien fait. Un peu étiré en longueur pour la partie relatant la descente aux enfers de Billy Hope le boxeur champion du monde, son dernier né se hisse ensuite au niveau des meilleurs par ses qualités dans la deuxième partie, qui traite de résilience : mise en scène nerveuse; qualité de l'image; densité des relations entre l'entraîneur (F.Whitaker, convaincant) et son poulain (J.Gillenhaal, époustouflant) entre lesquels s'installe l'amitié vraie; montée en puissance de la tension dramatique jusqu'au grand moment du rédempteur combat final si intense et réussi, tout concourt à nous accrocher. Chapeau et merci aux deux têtes d'affiche de la distribution, à qui leur rôle va comme un gant (de boxe, bien sûr !). Grâce à eux et à Fuqua, j'ai passé un sacré bon moment à visionner ce film très efficace. Peut-être pas le meilleur des films de boxes, mais un opus qui s'approche du peloton de tête...
Revenir en haut Aller en bas
DiBingo

Premier inscrit
Premier inscrit
avatar

Masculin Nombre de messages : 32581
Age : 49
Localisation : Hérault
Prénom : Manu
Moto(s) : Multi V2 Honda
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Sam 26 Déc 2015 - 12:41

ça tombe bien, je n'ais rien vu sur le sujet depuis "Ali" ! Viens dans mes bras
mais je le regarderai peut-être en douce, faudrait pas que ma femme ait envie de reprendre la boxe ! Je suis vert !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.v2-honda.com
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: "Discount" surcasse les prix   Jeu 31 Déc 2015 - 9:52

Cacaoweb, ça permet de visionner des films qu'on avait repérés mais pas eu le temps d'aller voir au cinoche. Ca vaut pas la salle obscure dédiée, mais c'est mieux que rien. J'avais pas pu aller voir "Discount", de Louis Julien Petit, alors j'ai craqué. Pas mal. Ca raconte le plan que montent quelques dégourdis bossant dans un hard discount, plan consistant à ramasser en loucedé des invendus dans leur supérette (et même à détourner un peu de marchandise, avouons-le :shock: ) pour monter une filière d'écoulement de leur camelote à des prix très cassés.
Un petit film généreux et gentiment déjanté qui focalise l'air de rien sur le scandale du gaspillage marchand impitoyable côtoyant dans le plus grand cynisme la galère des gens dans une banlieue sinistrée, une histoire sympa qui met en scène la débrouillardise et l'instinct social solidaire d'une poignée de réprouvés. Commines, un bled du Nord-Pas-de-Calais près duquel je suis né, ça me parle. Corinne Masiero, son accent pas surjoué et sa gouaille un rien agressive, j'aime toujours autant. Et voir des loosers sympas saisir leur chance de prendre une petite revanche sur le système avant qu'il ne leur mette un coup de plus sur la tête, ça me va. En prime on a droit à un petit suspense qui marche plutôt pas mal, même s'il termine le film en une sorte de queue de poisson un peu bâclée, comme si L.J. Petit avait manqué de moyens pour finir son film au budget visiblement étique. J'aurais quand même aimé savoir ce que devient la fine équipe quand les keufs semblent faire chou blanc en cherchant le flag, mais je dis à tout le monde : bien joué !
Revenir en haut Aller en bas
DiBingo

Premier inscrit
Premier inscrit
avatar

Masculin Nombre de messages : 32581
Age : 49
Localisation : Hérault
Prénom : Manu
Moto(s) : Multi V2 Honda
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Jeu 31 Déc 2015 - 11:54

Merci, je note ! Satisfait
Revenir en haut Aller en bas
http://www.v2-honda.com
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: "La dernière leçon" ne valait pas le détour   Dim 9 Oct 2016 - 18:57

Enfin pour moi. "La dernière leçon" dePascale Pouzadoux, avec M.Villalonga et S.Bonnaire, raconte l'histoire d'une très vieille dame qui annonce à sa famille, le jour de ses 92 ans, qu'elle a décidé de faire le grand saut avant de n'en avoir plus les moyens intellectuels ou physiques, qu'elle fait ses valises et que son départ est pour dans un mois et demi. Intéressant sujet, pas vrai ?
Ce film, je l'avais laissé passer à sa sortie en salle, regrettant vaguement de ne pas aller le voir. Je viens de le visionner sur mon écran plat, grâce à ma bibliothèque qui l'avait en rayon. Aucun regret : S.Brizé, avec"Quelques heures de printemps" et M.Haeneke, avec "Amour", m'avaient vraiment accroché et j'avais donc, pour cette auteure qui ose aborder un sujet tabou, un a-priori positif. L'ennui, c'est que j'ai bossé pas mal de temps en EHPAD (appellation désormais consacrée des maisons de retraite) où j'ai côtoyé et soigné des nonagénaires, des vrais. Et désolé, mais je n'ai pas trouvé M.Villalonga crédible. Peut-être que S.Bonnaire n'a pas été convaincue non plus par la partenaire qu'elle avait à accompagner, car j'ai eu du mal aussi à croire à son jeu, bien souvent. Je n'ai pu m'empêcher de faire sans cesse intérieurement la comparaison avec les films de Brizé et Haeneke qui abordaient des thèmes très approchants ayant rapport à l'extrême vieillesse et/ou à la maladie, à la déchéance et la perte d'autonomie qui les accompagnent. Cette comparaison n'a jamais été, loin s'en faut, à l'avantage de cette "dernière leçon". Bref, le propos du film emportait mon adhésion, mais il manque son but à force d'effets appuyés et de scènes prévisibles, de maladresses gnan-gnans et d'ambiances de téléfilm plan-plan... Au moins Villalonga, qu'on ne voit d'ailleurs jamais donner du ron-ron à son chat, n'est pas gaga. C'est toujours ça...
Revenir en haut Aller en bas
DiBingo

Premier inscrit
Premier inscrit
avatar

Masculin Nombre de messages : 32581
Age : 49
Localisation : Hérault
Prénom : Manu
Moto(s) : Multi V2 Honda
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Dim 9 Oct 2016 - 21:00

Je m'attendais justement que ce soit assez léger, voir trop léger.
En d'autres temps, ça aurait plutôt fait un excellent téléfilm de deuxième soirée ! Je suis vert !
A la télé donc. Tanpis !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.v2-honda.com
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: "Légende d'automne", pile poil pour la saison   Lun 10 Oct 2016 - 13:14

C'est le temps des incendies de couleurs. Bientôt dans min coin, ça va être la symphonie périodique, malheureusement de trop courte durée, au long des virolos qui traversent nos belles forêts de feuillus.
J'ai un peu de temps depuis peu puisque la quille est arrivée. Du coup je me suis plongé dans les oeuvres intégrales de Jim Harrison, un écrivain américain contemporain qui compte un peu, paraît-il. Je suis tombé sur une nouvelle dont on a fait un film qui m'avait marqué en son temps, avec le beau Brad Pitt au début de sa plénitude qui joue Tristan Ludlow, jeune chien fou hors-norme, particulièrement doué physiquement pour se fondre dans la grande nature qu'il aime à l'instinct.  Dans une famille paysanne aisée, Tristan est l'enfant préféré d'un ex militaire (joué magistralement par A.Hopkins), lui-même retiré à la campagne, devenu éleveur car déçu par ses semblables, qu'ils soient humains ou galonnés. Le colonel a deux autres fils, un sérieux, l'aîné (Alfred) et un romantique intellectuellement très prometteur, le cadet (Samuel). Cette longue nouvelle nous conte la saga de la lignée Ludlow au début du 20° siècle, avec des épisodes forts relatifs à la première guerre mondiale et à la prohibition. Elle s'appelle comme le film, "Légende d'automne".
Ce film m'avait marqué, par ses qualité esthétiques et la puissance des ambiances qu'il avait su installer dans mon souvenir. Je ne savais pas qu'il était tiré d'un récit écrit éponyme, j'ai donc lu avec intérêt. J'ai été surpris par la difficulté que j'ai éprouvée à m'identifier aux personnages, à éprouver pour eux de l'empathie.  Harrison, si j'en crois la préface du pavé que j'ai commencé, est pourtant connu pour son aptitude à faire vibrer son lecteur à l'évocation de parcours extrêmes, lui même n'étant pas spécialement porté à la modération. Il a d'autre part la réputation d'être un grand amoureux de la nature sauvage, chasseur et pêcheur émérite, connaisseur et passionné. Ce dernier point, je confirme, quoique je sois assez...critique avec la mentalité qui consiste à prendre sans trop se soucier des conséquences, mentalité si commune à la plupart des chasseurs forcenés. Il y a chez Harrison des pages superbes sur la pêche à la mouche, que même un ignare en matière de poisson comme moi peut kiffer. Mais en lisant le mot FIN après avoir ingurgité sa "Légende d'automne", j'étais dubitatif : je restais sur le souvenir d'un film splendide mettant en scène des destinées poignantes dans un cadre tour à tour somptueux ou apocalyptique, et je finissais le bouquin dont il est tiré avec un sentiment de relative indifférence. Bizarre. Vous avez dit bizarre ?
Dans la petite bibliothèque de mon bled paumé, je suis tombé sur le DVD. Aubaine ! On s'est revisionné ça hier soir et c'est l'occasion de réactiver ma gamberge : un film peut-il être meilleur que le bouquin dont il est tiré ? Si le bouquin est bon, j'en doute encore. S'il est mauvais, j'en doute aussi, en fait. Ce bouquin n'est pas mauvais, mais il n'est, à mon sens, pas le meilleur ouvrage d'un auteur peut-être important mais assez inégal, un auteur très typé "Amérique des eighties", héritière de Hemingway plus que de Steinbeck ou Jack London sans doute, même s'il partage avec ces deux derniers un sens de l'humain, le goût des grands espaces et de l'aventure. Un auteur dont je n'aime qu'une ou deux des 6 nouvelles que j'ai découvertes, dans ce gros recueil que je termine.
Quant au film, je l'ai trouvé très esthétique, certes, et empreint d'une certaine puissance liée à l'ampleur des décors naturels, pas une daube donc. Mais quand même, un peu conventionnel et ronflant, et surtout desservi par une bande-son carrément agaçante, à force de trémolos symphoniques violons/violoncelles/cuivres/enfin tout l'orchestre, ultra pompier et prévisible, une musique si "cul-cul" que ça m'a gâché le plaisir des ambiances en extérieurs panoramiques ou des quelques bonnes scènes d'action.
Et puis le Brad Pitt qui promène sa classe à travers les ambiances, du fond des tranchées de 14 jusqu'au fond des bouges d'une petite ville en pleine crise de 29, en passant par les grands espaces qu'un vieil indien ami et employé de son père lui a appris à connaître et aimer, tour à tour (Brad) pittbull sans pitié, épagneul larmoyant ou chien courant traqueur de gibier ou berger rassembleur/protecteur de troupeau, ce Brad là, si j'avais à en vendre l'image dans une braderie, il serait un peu... bradé, sans doute parce qu'il date un peu. Je suis vert !

Euh, ça veut dire que je vieillis ? Papy


Dernière édition par monomental le Lun 10 Oct 2016 - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Lun 10 Oct 2016 - 19:51

DiBingo a écrit:
Je m'attendais justement que ce soit assez léger, voir trop léger.
En d'autres temps, ça aurait plutôt fait un excellent téléfilm de deuxième soirée ! Je suis vert !
A la télé donc. Tanpis !

Pour la "dernière leçon", excellent je n'irais pas jusque là, loin s'en faut. Je dirai plutôt très moyen, même pour un téléfilm en deuxième partie de soirée ! Je suis vert !
Revenir en haut Aller en bas
DiBingo

Premier inscrit
Premier inscrit
avatar

Masculin Nombre de messages : 32581
Age : 49
Localisation : Hérault
Prénom : Manu
Moto(s) : Multi V2 Honda
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Lun 10 Oct 2016 - 20:37

Ah ? Je suis vert !
Dommage Tanpis !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.v2-honda.com
tourist

Participant idéal
Participant idéal
avatar

Masculin Nombre de messages : 4123
Age : 50
Localisation : celles(belgique)
Prénom : yvan
Moto(s) : honda vtc 500 1984

Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Lun 15 Mai 2017 - 3:16

vous vous souvenez de la trilogie "evil dead"de Sam Raimi avec Bruce Campbell en vedette? perso,adolescent j'avais adoré !....ben....j'adore encore Embarassé c'est que depuis 2015,il existe une suite,sous forme de série,a ces films devenus cultes Surprise de fête je viens de me mater (avec un délice coupable Embarassé ) les deux saisons deja tournees . mon verdict: un régal ! exellent ! Excellent ! ça s'appelle "Ash vs evil dead".

créée par Sam Raimi,on retrouve Bruce Campbell dans son role de Ash Williams (plus dejanté que jamais) et bien sur,la mascotte chérie de Raimi qui apparait dans tout ses films :son Oldsmobile Delta 88 1973...qui d'ailleurs a presque 2 episodes consacrés rien que pour elle!

l'histoire commence trentes ans aprés la fin du dernier film...Aprés une bourde de Ash,les "cadavereux" effectuent leur grand retour pour lui pourrir l'existance (et,accessoirement,celle de tout le monde).....a partir de là,ça part dans tout les sens Grand sourire clins d'oeil multiples,humour bourrin,trés gore (calibre 12 et tronçonneuse ont la part belle),c'est trés bien foutu car ça colle impec avec l'esprit des films originaux.

cerise sur le gateaux:la belle Lucy Lawless tient un role trés important.

la boite a meninges en mode "second degrés"....a vous de juger.
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Lun 15 Mai 2017 - 10:04

Evil dead connais pas... Embarassé Ca date de quand ??
Revenir en haut Aller en bas
DiBingo

Premier inscrit
Premier inscrit
avatar

Masculin Nombre de messages : 32581
Age : 49
Localisation : Hérault
Prénom : Manu
Moto(s) : Multi V2 Honda
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Lun 15 Mai 2017 - 10:53

Houla... ça date du tout début des années 80 ! Satisfait
Revenir en haut Aller en bas
http://www.v2-honda.com
tourist

Participant idéal
Participant idéal
avatar

Masculin Nombre de messages : 4123
Age : 50
Localisation : celles(belgique)
Prénom : yvan
Moto(s) : honda vtc 500 1984

Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Mar 16 Mai 2017 - 0:34

"Evil dead;la nuit des demons" date de 1981. "Evil dead 2" date de 1987 et "Evil dead 3;l'armée des tenebres" date de 1992. il y a eu un "reboot" du premier en 2013 mais...bon...une copie reste une copie.

Trinquons !
Revenir en haut Aller en bas
DiBingo

Premier inscrit
Premier inscrit
avatar

Masculin Nombre de messages : 32581
Age : 49
Localisation : Hérault
Prénom : Manu
Moto(s) : Multi V2 Honda
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   Mer 17 Mai 2017 - 20:52

ça nous rajeunit pÔ ! Satisfait
Revenir en haut Aller en bas
http://www.v2-honda.com
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Tout à lire et rien à voir sur un quai de gare   Lun 4 Sep 2017 - 10:17

J'ai du mal à croire qu'on puisse faire un bon film à partir d'un mauvais livre, mais l'adaptation au cinoche d'un bon bouquin est toujours un pari risqué . Je préfère donc toujours lire avant de voir, de peur que la réminiscence des images, même et peut-être surtout si le film est bon, ne bloque mon imaginaire à la lecture du livre.  Ecrit par P.Hawkins, "La fille du train" est selon moi un thriller psychologique efficace, réussi malgré l'invraisemblance que représente le parti-pris formel de l'auteure (juxtaposer et entremêler les journaux intimes des trois principales protagonistes). Il se trouve que je venais de lire le livre avant de visionner ce film, et c'est tant mieux. Car autant je n'ai eu aucun mal à me plonger dans les ambiances glauques de la banlieue londonienne minable poissée de pluie ou écrasée de chaleur polluée, aucun mal à entrer en empathie pour la pauvre pochetronne en pleine dégringolade qui se fait des films en regardant défiler ses phantasmes à la vitre du tortillard qu'elle hante chaque jour, autant j'ai eu, en visionnant le film, l'impression de voir tout le monde ramer et se planter. Tout le monde c'est bien sûr d'abord Taylor, le réalisateur de l'adaptation, qui place son intrigue dans la banlieue chicos d'une ville américaine quelconque, un lotissement cossu de belles baraques pas du tout raccord avec l'ambiance du bouquin. Taylor qui choisit la triste mais jolie E.Blunt pour incarner Rachel, laquelle Blunt s'applique mais peine à être crédible en alcoolo presque au bout du rouleau et déjà bouffie par ses excès. Tout au plus puis-je dire que la pathétique pêche aux images subliminales masquées par l'amnésie des lendemains de cuite, de même que le twist final et la scène du "règlement de compte" qui suit sont relativement fidèles et conformes à ce qui se passe dans le livre. Mais comme l'épilogue du film est une  trahison de celui du livre, je maintiens que l'adaptation laborieuse au cinéma de "La fille du train" est un ratage signé Taylor que j'oublierai bien vite . Si vous trouvez ça en promo dans les bacs et que comme moi vous êtes tentés parce que vous aviez entendu parler du film en bien, ma foi c'est vous qui voyez mais si j'étais vous j'achèterais plutôt le bouquin en édition poche...
Revenir en haut Aller en bas
monomental

cinéphile averti
avatar

Masculin Nombre de messages : 330
Age : 63
Localisation : Limousin né chtimi
Prénom : Christophe
Moto(s) : NTV
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: 120/minute   Hier à 11:38

120 battements par minute c'est le rythme d'effort d'un coeur de fondeur et c'est le titre d'un film utile, urbain, humain, tonique et didactique, qui relève avec brio le défi de rendre compte d'un foisonnement spontané tout en étant très construit. La maturation du groupe ACT UP se construit devant nous, une belle leçon de démocratie. Elle nous donne à voir le courage d'hommes et de femmes ardents, condamnés à vivre vite sans langue de bois, traqués par la camarde et contraints à choquer pour coller à l'urgence. Adèle H. tient sa place dans le film sans tirer la couverture à elle, j'ai apprécié. La tragique histoire qui naît entre Sean et Nathan, deux militants sur lesquels focalise le réal (Campillo, auteur entre autres des "Revenants" et monteur du film "Entre les murs"), incarnés par un N. P. Biscayart. et un A. Valois aussi habités l'un que l'autre, la séduction puis l'éclosion de leur sentiment, les corps vécus jusqu'à l'explosion charnelle, la tendresse croissante de leur relation désespérée, comme un chant du cygne pour Sean, tout cela passe à mes yeux pour encore plus juste que dans une référence un peu datée comme Philadelphia. Le sexe, filmé cru et sans filtre, coexiste avec l'amour dans cette relation, certes, mais me paraît presque... alterner avec lui et cela pourrait déranger des spectateurs, surtout chez les hétéros j'imagine. Les temps changent, il faut s'y faire.
En tous cas il faut remercier R.Campillo, qui réussit son coup pour dire le coeur des LGBT en danger qui bat vite dans la grande cité, autant qu'il l'a réussi comme monteur de L.Cantet pour dire avec lui le coeur des élèves et de leurs maîtres en danger, qui pulse "Entre les murs" de cette même cité !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Les films cinéma à vous conseiller [Hors salles]
» Le cinéma ... les films ... la pellicule
» Vous fait quoi hors mis d'être à la plage !!!
» les films qui vous ont marqués
» Quelle tresse me conseiller vous???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V2 HONDA :: ESPACE DETENTE (Lâchez-vous) :: Autres passions ou activités en dehors de la moto-
Sauter vers:  

Firefox : risque d'incompatibilité

Temps lRéférencementCréer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit